EXTRAIT D' ARTICLE CONCERNANT LE COMPOSITEUR
LADISLAS DE ROHOZINSKI PUBLIÉ LORS DE SON VIVANT

M. Ladislas de ROHOZINSKI, né en 1886, Chevalier de la Légion d'Honneur et français, d'origine polonaise fit ses études musicales à PARIS avec VINCENT d'INDY.

Le public apprit brusquement son nom par une première oeuvre d'orchestre exécutée pendant la guerre aux Concerts Classiques de MONTE CARLO sous la direction de LEON JEHIN. Tout de suite le public fut conquis et ce fut un très grand succès.

La guerre survint, L. de ROHOZINSKI partit comme engagé volontaire pour la durée de la guerre sur le front français.

En 1919 nous le retrouvons critique musical dans de grands quotidiens et dans des revues.

Plus tard, de 1926 à I928, il s'impose comme Chef d'orchestre au THÉATRE des CHAMPS ÉLYSÉES où il dirige, avec maîtrise l'orchestre PASDELOUP pour des saisons de concerts et de ballets.

Mais, malgré ces divers travaux, ROHOZINSKI continue à écrire. De nombreuses oeuvres de musique de chambre voient le jour et sont accueillies avec un égal succès par le public de nos meilleurs Concerts.

Dans la REVUE DE FRANCE , M. FLORENT SCHMITT écrit : " Il faut remarquer, dans l'oeuvre de L. de ROHOZINSKI la musicalité toujours fine et l'harmonieuse aisance avec laquelle se meuvent les instruments aussi habilement traités isolément que dans leurs rapports courtois, voisinage où chacun sait se tenir à son rang , s'effacer lorsqu'il le faut, mais sait, au besoin, mettre en oeuvre toutes ses ressources techniques pour atteindre au maximum d'expression musique douce et apaisante sans heurts agressifs, comme sans séduction de vulgaire aloi et qui laisse une impression charmante. "

Dans son ouvrage sur la musique contemporaine en France René DUMESNIL écrit : " J'ai déjà signalé l'influence de DEBUSSY sur quelques un des disciples les plus distinguée de la Scola L. de ROHOZINSKI qui fut l'élève de VINCENT d'INDY a subi le charme ensorcelant du magicien des Nocturne, mais polonais d'origine bien que de culture française, il a trouvé des accents très personnels tant dans sa musique vocale que dans l'instrumentation raffinée des pièces de musique de chambre où il excelle, nul mieux que lui n'a su combiner plus subtilement les timbres. "

Pour avoir un autre aspect de l'art si personnel de L. de ROHOZINSKI, citons deux phrases du critique M. ROLAND MANUEL qui l'a si bien compris. Il écrit que L'ART de M. de ROHOZINSKI offre les charmes d'une pudique tendresse. Et à propos d'une de ses oeuvres " L'AMERTUME il découvre une sorte de nostalgie hautaine, une sensibilité douloureuse aux frémissements continus. "